Un livre raconte le calvaire des bonnes appelées « mbindane »

81

Un livre raconte le calvaire des bonnes appelées « mbindane »

La vie des bonnes de maisons communément appelées « mbindane » est racontée par l’écrivain Mariama Nianthio Ndiaye, dans un livre intitulé « Contribution 4 » paru aux éditions Baille & Ousmane.

Présenté lors de la célébration le 8 mars dernier de la journée de la femme, l’ouvrage comprend deux parties dont la première, « Moi, esclave domestique ».

L’auteure Mariama Nianthio Ndiaye

A travers l’histoire d’une femme de ménage, l’auteure décrit le calvaire de ces jeunes et souvent moins jeunes femmes à l’importance avérée dans la stabilité de beaucoup de ménages sénégalais.

M. Ndiaye confie au journal Le Soleil, « nous sommes persuadés que l’affranchissement des bonnes ne viendra pas seul tant que l’Etat, qui doit protéger tout le monde, ne fait rien sur la question ». Elle alerte ensuite, « si les femmes n’y prennent pas garde, elles seront elles-mêmes comptables du mauvais bilan de la lutte pour les droits de l’homme ».




Commentez cet article