Démissions du PDS : la dernière épreuve de Wade !

142

Démissions Pds : la dernière épreuve de Wade !

Plus d’une vingtaine de membres des instances dirigeantes du Pds, le Comité Directeur et le secrétariat national, ont décidé de tourner le dos à Me Abdoulaye Wade, pour choisir Me Madické Niang comme nouveau leader de leur engagement politique.

Lors d’une conférence de presse hier, lundi 18 mars, ils ont matérialisé leur démission, mettant ainsi dans une nouvelle épreuve voire dernière pour un Abdoulaye Wade très fragile et de plus en plus isolé sur la scène politique nationale.

Moustapha Konté, Thierno Ibrahim Thiombane, Condetto Niang, Bassirou Ndiaye, Daouda Correa, Amadou Yoro Sy, Fatim Ndiongue, Khadija Ndiaye, Mafatime Mbaye, Madiaw Ndiaye, Astou Bacour, Mambaye Mboup, Alé Dioum, Bathie Sylla, El Hadji Cheikh Diouf sont quelques noms de cette liste de désormais ex-compagnons de Wade.

Ils posent un acte dont le vieux leader se serait sans doute aucun bien passé. Car que cette vague de départs arrive à un moment où Gorgui ne tient plus si solidement les rênes, comme en a attesté son grand mal à rallier ses partisans à ses appels, pour brûler les bulletins de vote puis boycotter, lors de la dernière présidentielle.

En plus, si la marche du Pds a été jalonné de scission de responsables depuis les années 80 avec feu Fara Ndiaye, Serigne Diop jusqu’à Macky Sall ou encore Pape Diop plus récemment, rarement on aura vu un leader partir avec autant de membres des instances dirigeantes.

La constance Wade ne peut plus contrôler les variables

Ces souteneurs de Me Madické Niang vont plus que jamais rendre lancinante la question de l’avenir au sein du Pds et du Pds lui-même. Un parti qui a raté, le 24 février passé, sa première échéance électorale depuis sa formation en 1974, dirigé par un nonagénaire, fortement diminué par son état de santé, motivé moins par la marche de la formation que le sort de son fils Karim Wade, exilé au Qatar après sa sortie de prison. Celui-là qu’ils ont été nombreux les militants et responsables à attendre, sans jamais le voir. Et qui, pensent certains, à tort ou raison, demain, en retrouvant une place dans le jeu politique pourrait ne pas compter avec eux. Il voudra avoir « son » Pds et « ses hommes » en vue d’incarner une nouvelle virginité.

C’est presque dire l’incertitude totale sur le Pds, ce qu’il en reste et ceux qui y sont encore. Parce que la constance d’hier, le charismatique Me Wade, n’a plus les forces et les moyens de contrôler les variantes. La certitude est une nouvelle épreuve, et pas des moindres à vivre. Demain la fin du Pds ? Wait and see…

La conférence des nouveaux démissionnaires




Commentez cet article